CONSEILS PRATIQUES

Nous vous aidons en vous donnant des conseils pratiques sur divers domaines.

conseils pratiques

 

COMMENT PREPARER UN ENTRETIEN D’EMBAUCHE ?

Vous avez déposé vos dossiers pour pourvoir à un poste dans une entreprise, une ONG ou une administration quelconque. Le recruteur, après avoir analysé votre CV décide de vous appeler pour un entretien d’embauche, Bravo ! Vous venez déjà de marquer un point, car parmi plusieurs dizaines, voire des centaines des CV, le recruteur décide de retenir quelques uns dont vous en faites partie, pour passer un entretien. Mais rien est encore acquis à ce niveau, vous devrez convaincre votre recruteur de vous embaucher et non les autres candidats. L’entretien est une phase cruciale pour votre recrutement, de ce fait, vous n’avez pas droit à l’erreur, car la moindre bêtise peut être lourde de conséquences. D’emblée, il faut avouer que la seule et meilleure façon de marquer des points lors de votre entretien, c’est d’oser faire la différence. Un petit geste, parfois, permet de se démarquer des autres. Pour ainsi parvenir à marquer cette différence, une bonne préparation est nécessaire.

Dans cet article, vous découvrirez, comment préparer un entretien d’embauche en dix (10) points.

  1. Prenez du temps pour préparer votre psychologie, votre état mental, avant l’entretien !

Un bon entretien mérite une bonne préparation psychologique. La première phase de la préparation d’un entretien doit être d’abord psychologique. Vous devez préparer votre cerveau à l’entretien. Il faut souligner qu’une bonne préparation psychologique, permet de réduire votre stress. Il faut donc avoir à l’esprit que vous partez décrocher le poste voulu (mental de gagnant), mais sans oublier que le résultat peut être contraire (être réaliste). En préparant son mentale de la sorte, le stress sera considérablement baissé.

  1. Analysez votre CV et trouvez vos atouts pour le poste !

Avant de vous rendre à l’entretien, prenez le temps d’analyser votre CV (celui que le recruteur a en main) et trouvez vos atouts. Mettez vous à la place de votre recruteur : quelle qualité recherche t’il pour ce poste ? Quelles expériences peuvent lui être utiles pour ce poste? 

Pour répondre à ces questions, il vous faudra recenser vos points forts qui peuvent convaincre le recruteur de vous embaucher. Par exemple si le recruteur recherche un chargé de plaidoyer et que vous avez eu dans le passé à remporter un concours de plaidoirie, cela fait votre force. Utilisez donc cette expérience comme un atout pour vous, pour ce poste.

  1. Renseignez vous sur l’entreprise qui recrute !

Vous ne pouvez pas aller à un entretien d’embauche sans avoir des informations sur l’entreprise qui est censée vous recruter. Pour cela, allez-y sur leur site internet, cherchez à lire leur magazine (s’il y a lieu). 

Vous devez par exemple avoir des informations suivantes : 

  • La date de la création de l’entreprise ;
  • Le secteur d’activité de l’entreprise  (est-ce une entreprise de livraison des biens, prestataire de service  ?)
  • L’organigramme de l’entreprise ;
  • Les principaux concurrents de l’entreprise ;
  • Connaitre le nom du fondateur et son parcours (si possible).

Connaitre ces informations sur l’entreprise montre à votre recruteur l’intérêt que vous portez sur son entreprise. Quand bien même que la connaissance de ces informations ne vous garantira pas automatiquement le poste, elle peut s’avérer être un atout pour vous.

  1. Montrez votre connaissance du poste !

Vous devrez monter votre connaissance et maitrise du poste que vous sollicitez. Vous ne pouvez pas débarquer à un entretien d’embauche sans toutefois connaitre les différentes missions du poste que vous pourvoyez. Cette phase est très importante pour votre entretien, car aucun recruteur ne choisira un candidat qui n’a aucune idée de la mission qu’il mènera une fois recruté dans l’entreprise. Pour ce faire, vous devez vous renseigner sur les différentes missions assignées au poste convoité. Très souvent d’ailleurs, les recruteurs évoquent dans l’annonce, les différentes missions que le futur recru aura à effectuer. De ce fait, il vous faudra simplement se référer à ces points et savoir exactement ce qui vous attend si vous êtes recrutés.

  1. Recenser vos défauts et soyez honnête !

Il important de connaitre ses faiblesses et défauts, car dans 98% des entretiens, vous n’échapperez pas à la question : ‘’Parlez nous de vos principaux défauts ?’’ Pour mieux répondre à cette question, il faut mieux  la préparer en avance. Pour ce faire, faites un inventaire de vos principaux défauts. Mais à ce niveau également, faites très attention à certaines réponses, car certains défauts sont inacceptables. Vous ne pouvez pas par exemple répondre à cette question par : ‘’je suis très paresseux et insolant’’. Quand bien même que vous aurez dit la vérité sur vous, aucun recruteur n’acceptera d’embaucher un agent paresseux et insolant. De ce fait, recensez vos défauts qui peuvent être acceptables et améliorés. Préparez bien votre réponse !

  1. Bien préparer votre discours !

Une étude a montré que généralement, lorsque le recruteur vous appelle à un entretien, il a déjà lu votre CV, il sait déjà quel est votre parcours d’étude, quel poste vous avez occupé dans le passé. Mais ce que le recruteur ne sait pas encore de vous, c’est votre personnalité. Et votre personnalité se définie aussi par votre façon de parler. Si lors de l’entretien, le recruteur découvre que vous avez du mal à vous exprimer, ça sera difficile pour vous de le convaincre de vous recruter. Il faut donc bien préparer votre speech : bien articuler les mots, ne pas parler trop vite, ni trop lent et être naturel. Il faut surtout bannir certaines expressions qui peuvent être admises dans les discussions entre amis, telles que : « bah », « ouais », « han ». C’est à votre façon de parler qu’on vous jugera, donc préparer suffisamment votre discours.

  1. Prévoyez une tenue adéquate, le « Dress code » !

L’habillement compte vraiment dans un entretien, car tout comme votre discours, il détermine également votre personnalité. De ce fait, vous devrez prévoir un habillement qui va de paire avec le poste recherché. Pour cela, il suffit d’observer comment les agents de l’entreprise s’habillent ; comment les agents qui occupent le même poste que vous sollicitez s’habillent. Vous ne pouvez pas aller à un entretien d’embauche d’un recrutement des développeurs web en costard cravate. De même qu’il ne serait pas trop commode d’aller à un entretien de recrutement d’un banquier en jean et basquet. Les habillements fantaisistes et extravagants sont également à bannir. Pour les filles par exemple, éviter de porter des habillements indécents (des habillements qui exposent toutes les parties sensibles de votre corps ou encore des talons qui font trop de bruit en marchant). Ces comportements peuvent donner une mauvaise impression de vous, au recruteur.

  1. Ayez confiance en vous !

Vous devez avoir une opinion positive de vous. La confiance en vous-même vous donnera plus de force pour affronter sans crainte votre recruteur. Comme le disait si bien Orison Swett Marden : « Quand un homme a le sentiment de sa valeur, quand il est certain de dominer gens et choses, il inspire de la confiance et dissipe les craintes ; chacun est persuadé qu’il réussira dans ce qu’il entreprendra, car tout le monde croit en celui qui croit en la victoire ». De ce qui précède, il n’y a point de doute, ayez confiance en vous et vous inspirerez confiance à votre recruteur !

  1. Ne soyez pas en retard à votre entretien !!!

Venir en retard à votre entretien est une très grande erreur à ne pas commettre. Si vous commettez cette erreur, le recruteur aura automatiquement une mauvaise impression de vous. Vous passerez pour une personne négligente. Mais ne venez pas trop en avance aussi, car cela pourrait mettre mal à l’aise vos recruteurs qui ne sont pas encore prêt à vous accueillir. Par exemple si vous avez un entretien à 14h 00 mn, inutile de venir à 13h 00 mn, mais il serait très bien de se présenter à 13h 45 mn.

  1. Préparez des questions à poser à votre recruteur !

Il est tout aussi important de préparer deux ou trois questions à poser à votre recruteur à la fin de l’entretien. Cette technique souvent négligée par les candidats peut marquer la différence. En posant des questions à votre recruteur, vous lui montrez votre capacité curiosité. Le recruteur remarquera en vous un désir perpétuel du savoir. Vous pouvez poser des questions simples comme : Quelle serait la suite de l’entretien ? Qui sera votre supérieur hiérarchique si jamais vous êtes retenu ? Mais attention, ne pas prévoir au delà de trois questions, au risque d’être trop embarrassant au recruteur.

  TALIMEMENT TALIM

 

LES METIERS QUI RECRUTENT DE NOS JOURS

Nous vivons dans un monde de concurrence et en pleine mutation. Beaucoup de personnes font des longues études et parfois ne trouvent pas d’emploi. Le chômage bat son plein. Il faut dès lors savoir vers quel secteur s’orienter pour ne pas tomber sous le coup du chômage. Les gouvernements, les entreprises, les organisations (nationales et internationales), ne recrutent qu’en fonction de leurs besoins. Les recrutements ne se font pas par complaisance, ni par la volonté de réduire le chômage. C’est pourquoi, au 21ème siècle, il faut savoir quel métier choisir pour gagner sa vie. 

Dans cet article, nous vous présentons les dix (10) métiers qui recrutent de nos jours. 

  1. INGENIEUR EN INFORMATIQUE

Les ingénieurs en informatique travaillent dans les entreprises, dans les administrations ou organisations. Certains conçoivent et développement les applications ; d’autres répondent à des appels d’offre et gèrent des contacts avec les clients. Le 21ème siècle est sans contredit ‘’l’ère du numérique’’. C’est pourquoi, les ingénieurs en informatique deviennent de plus en plus sollicités.

  La profession d’ingénieur en informatique est très ouverte aux jeunes diplômés et les ingénieurs en informatique ne connaissent pas de chômage.

  1. TECHNICIEN DE MAINTENANCE

Les entreprises industrielles, les sociétés de transport, les administrations et les autres entreprises ont toutes besoins des techniciens de maintenance. Ce métier a des qualifications et des responsabilités diverses : Il y a ceux qui planifient le travail d’installation générale des machines ; d’autres qui installent et dépannent les machines. Sans également oublier ceux qui prévoient les pannes et assurent l’entretien des machines. Ce métier promet une bonne rémunération de nos jours. Les techniciens de maintenance parviennent à s’insérer facilement dans la vie active après leur formation.

  1. COMPTABLE

Toute administration ou entreprise qui doit gérer un budget a besoin d’un(e) comptable. Le comptable vérifie l’enregistrement des données commerciales ou financières afin d’établir le compte d’exploitation nécessaire à la bonne gestion de l’entreprise ou de l’administration. Le comptable joue un rôle essentiel dans toute entreprise. Avec une très bonne rémunération, les comptables sont de plus en plus recherchés de nos jours, car les nombres des entreprises ne cessent d’augmenter.

  1. INGENIEUR DANS L’INDUSTRIE

Les ingénieurs dans l’industrie exercent dans les services de production, de maintenance, méthode, contrôle et qualité, planification ou encore de l’environnement. Ces emplois ce sont plus développés au 21ème siècle du fait de la technicité dans les industries. Avec la prolifération des industries dans le monde actuel, le chômage des ingénieurs dans l’industrie est faible et les perspectives d’embauches sont soutenues.

  1. LE CADRE DE BANQUE OU D’ASSURANCES

Dans les banques et les sociétés d’assurances, l’on a toujours besoin des conseillers finances, des courtiers, des inspecteurs délégués etc. L’accès à des postes de responsabilité dans ces domaines est difficile certes, mais les entreprises n’hésitent pas à recruter des jeunes diplômés qui font carrière et finissent par accéder à ces postes de responsabilité. Les cadres des banques et d’assurances ont une bonne rémunération et ne connaissent pas des longues durées de chômage s’ils sont compétents, car la concurrence est plus vive dans cette carrière.

  1. NUTRITIONNISTE

Très sollicité dans le secteur humanitaire, le nutritionniste est un spécialiste de l’alimentation et de la nutrition. Il  détient d’excellentes connaissances des bienfaits et méfaits des aliments et de leur effet sur l’organisme. Le nutritionniste peut travailler soit en urgence ; soit pour distribuer des rations sèches à des enfants ; soit en contact avec des femmes enceintes pour contrôler leur alimentation.  Les nutritionnistes ont une bonne rémunération et sont rarement en chômage, surtout en Afrique.

  1. MEDECIN

Le monde ne peut s’en passer des médecins, car les maladies ne cessent de faire des ravages. Dans le contexte actuel, le monde a de plus en plus besoin des médecins, pour se soigner. Quand bien même que les études en médecine sont généralement d’une très longue durée (au moins 7 ans), il en vaut la peine. Les médecins ne connaissent pas de chômage et peuvent travailler en libéral, avec l’Etat ou les organisations. La rémunération du médecin est considérablement consistante pour un métier aussi noble. 

  1. AVOCAT

Dans un monde marqué par une montée des demandes de la réponse judiciaire à toutes sortes de conflits (familiaux, de travail etc.), les avocats deviennent de plus en plus recherchés. L’avocat peut exercer sa fonction en libéral ou en associé. Le métier d’avocat est très bien rémunéré. Dans certains pays africains, le nombre des avocats est d’ailleurs insuffisant. Il y a une très forte demande dans ce domaine. 

  1. INFOGRAPHISTE

L’infographiste participe à la création des dessins animés, des jeux vidéos, des céderons ou des films d’animations. Il combine la création graphique et le développement informatique. L’infographiste passe ses journées de travail devant l’ordinateur en utilisant divers logiciels graphiques pour faire ses animations. Au 21ème siècle, avec la révolution de la technologie, les infographistes sont de plus en plus sollicités par des entreprises, des administrations ou organismes. L’infographiste peut également travailler en libéral et gagner pleinement sa vie. 

  1. HOTELIER

L’hôtelier représente et dirige un établissement hôtelier. Qu’il s’agisse d’un petit hôtel ou d’un hôtel faisant partie des grands groupes internationaux, le chef d’établissement a comme principale vocation la satisfaction du client. Il doit veiller au bon déroulement de l’activité dans son établissement. Actuellement ce métier est en vogue et les jeunes diplômés parviennent à s’insérer dans diverses structures hôtelières. La rémunération dans ce domaine peut variée, en fonction de la taille de l’établissement.

TALIMEMENT TALIM

 

COMMENT REDIGER UNE LETTRE DE MOTIVATION ?

La lettre de motivation est un document d'une page maximum, adressé à un recruteur pour lui faire part de votre volonté de travailler avec lui tout en lui faisant valoir vos qualités pour le poste. Il existe deux (2) types de lettres de motivation : la candidature spontanée et la lettre qui répond à une annonce. Cependant, une lettre de motivation, qu’elle soit spontanée ou qui répond à une annonce, elle doit avoir certaines caractéristiques pour mieux attirer l’attention du recruteur. La lettre de motivation accompagne toujours le CV. Pour bien faire passer votre candidature auprès d'un recruteur, le fait de s'intéresser à son entreprise, de montrer que vous avez des informations et que vous savez où vous postulez est du meilleur effet. Ce document vous présente quelques points importants pour bien rédiger votre lettre de motivation.

  1. Savoir à qui la lettre de motivation est adressée !

Le premier exercice à faire pour rédiger une bonne lettre de motivation, c’est de savoir à qui la lettre est adressée. La lettre de motivation n’est pas une bouteille jetée dans la mer. C’est un document adressé à une entreprise ou à la personne chargée de la lire. Si dans l’annonce, le recruteur n’a pas précisé à qui la lettre devrait être adressée, le mieux c’est de se renseigner sur l’entreprise et savoir exactement qui est chargé de recevoir les lettres de motivation. Imaginez que vous adressez à un homme, alors que vous dites dans votre lettre : « Madame ». N’est-ce pas un peu gênant pour la personne chargée de vous lire ? C’est pourquoi, il faut savoir à qui on s’adresse.

  1. Bien réfléchir avant de rédiger votre lettre de motivation !

Il est important de prendre sont temps pour bien réfléchir, avant décrire sa lettre de motivation. La rédaction d’une lettre de motivation n’est pas une course dans laquelle on couronnera la première personne à en finir. Il ne suffit pas de se jeter dans la précipitation à la rédaction de sa lettre. Mais il est bien logique de réfléchir et de prendre son temps pour sortir un document cohérent. Prenez votre temps, réfléchissez et rédigez une bonne lettre de motivation !

  1. Soyez claire, précis et concis dans la lettre !

Inutile de faire toute une littérature pour votre lettre de motivation. Le recruteur dispose de très peu de temps pour lire les lettres de motivation qui lui sont adressées en dizaines, voire en centaines. Donc, la clarté, la précision et la concision sont des valeurs qui doivent vous accompagner tout le long de votre rédaction. Les longs discours et les tournures syntaxiques sont à bannir.

  1. Evitez les fautes !

Rien n’est aussi décevant pour un recruteur qui lit votre lettre et rencontre des fautes de grammaire, d’orthographe et de conjugaison. Le mieux, c’est de faire relire votre lettre de motivation par plusieurs personnes pour vous aider à corriger les fautes. Une lettre de motivation remplie des fautes décourage le recruteur.

  1. Personnalisez la lettre de motivation selon l’entreprise !

L’une des erreurs qui est souvent commise par les candidats, c’est le fait de copier-coller les lettres de motivation. Certaines personnes peuvent envoyer une même lettre de motivation à plusieurs entreprises à la fois. Cette façon économise certes du temps et d’énergie au candidat, mais n’accroit pas la chance d’être retenu. Le contenu de la lettre de motivation doit varier en fonction de l’entreprise. Vous ne pouvez pas envoyez la même lettre de motivation pour postuler à un emploi dans le secteur de vente des produits cosmétiques et en même temps pour un poste d’assistant de bureau dans un cabinet d’avocat. Pour faire simple, faites donc ceci : une lettre de motivation pour une entreprise. Personnalisez votre lettre de motivation, c’est important.

  1. Parlez de vous et valorisez vos atouts, mais n’exagérez pas !

Il faut ici parler de soi brièvement et dire en quoi l'on apportera un plus à l’entreprise. Mais il faut éviter de tomber dans le piège en se jetant trop de fleurs au risque de se faire passer pour un arrogant. Lorsque vous parlez de vous, dites par exemple : «  Je suis avocat, diplômé de l’Université de (…), motivé par (…). En me recrutant, je pourrai bien apporter ma contribution à (…) » ; plutôt que de dire : « Je suis un brillant avocat, diplômé de la prestigieuse Université de (…). Vous ne regretterez pas de m’avoir recruté (…) ». Il faut évitez également d’être ennuyant en trop parlant de soi.

  1. Prouvez que vous voulez réellement le poste !

Il faut insister sur le fait que vous êtes réellement motivés par le poste et montrez également votre intérêt pour l’entreprise. Vous ne pouvez pas prétendre travailler pour une entreprise ou une organisation si vous n’adhérez pas à leurs principes. De ce fait, montrez dans votre lettre, l’attachement que vous portez pour les valeurs et les princes de l’entreprise. Le recruteur sera fier de lire quelqu’un qui s’’interesse à son entreprise.

  1. Ne pas mentir dans la lettre de motivation !

Il est inutile d’inventer des qualités ou des expériences qu’on n’a jamais acquises. Si vous mentez, la vérité vous rattrapera, car le recruteur peut vérifier à tout moment vos allégations. La franchise et l’honnêteté dans votre lettre sera un atout pour vous.

  1. Finissez avec la formule de politesse !

À la fin de votre lettre, vous devez terminer avec une formule de politesse. Les formules peuvent varier, mais voici quelques exemples : « Dans l’attente…veuillez recevoir mes salutations les plus sincères ». Ou encore, vous pouvez dire : « Dans l’espérance de vous rencontrer… veuillez recevoir mes hommages mérités ». De toutes les manières, trouvez une façon de montrer à votre recruteur que vous  êtes bien éduqués et vous avez les bonnes manières.

  1. La mise en forme de votre lettre de motivation

 Si le fond de la lettre de motivation est important, il ne faut pas aussi négliger la forme. Ainsi, toute lettre de motivation doit comporter  trois (3) parties : un entête, le corps du texte et les pieds de page.

Les informations sur vous (noms, adresse, numéros de téléphones), sur votre employeur (cordonnées, poste occupé), la date et l’objet de votre demande, doivent impérativement ressortir dans l’entête de votre lettre.

Les arguments que vous devez avancer au recruteur doivent figurer dans la partie du corps de texte. C’est dans cette partie que vous cherchez à convaincre le recruteur de vous embaucher. C’est un peu comme le cœur de votre lettre. Cette partie doit comprendre trois (3) à quatre (4) paragraphes. Elle commence par une introduction : « Monsieur/Madame, l’honneur m’échoit de venir très respectueusement auprès de votre haute personnalité, solliciter … » ; Et se termine par la formule de politesse : « veuillez recevoir mes salutations…»

En fin, votre lettre doit terminer par les pieds de page. Dans cette partie, vous pouvez signaler si vous avez des pièces jointes à la lettre (CV, copies des diplômes etc.) ; et en suite, indiquez votre nom et apposez votre signature. 

Bonne chance !!! Good Luck !!!

TALIMEMENT TALIM

Avez-vous une grande crainte pour prendre la parole en public ? Ne vous culpabilisez pas ! Ce sentiment est normal. Même les personnes qui savent bien s’exprimer en public ont eu au moins une fois cette crainte. Mais elles sont parvenues simplement à surmonter cette crainte. Bien parler devant un auditoire est un art. Cet art n’est pas inné chez l’homme, il s’apprend.

Cet article vous propose en quelques points, l’art de bien parler en public. À la fin de lecture de cet article, vous vous sentirez surement prêt à affronter un grand public.

1. Vaincre votre peur

Le premier sentiment qui nous envahit avant de prendre la parole devant le public c'est la peur. La peur gagne tout notre corps de telle sorte que nous nous sentons mêmes incapables de dire un mot. Il est tout à fait logique que l'on puisse avoir le trac. Mais à la différence, les personnes qui parviennent à s'exprimer aisément devant un public, sont celles qui parviennent à vaincre la peur. Prenez donc le courage en vous inspirant des expériences des autres. La peur n’est qu’un sentiment, surmontez-la. Une astuce aussi simple pour surmonter la peur, avant de prendre la parole devant un public : ‘’considérer intérieurement toutes les personnes devant vous comme des personnes venues vous demander de l’argent’’. Imaginez un peu comment vous parlez devant quelqu’un qui vient vous demander de l’argent ? Cette méthode n’a pas pour but de développer en vous un manque de respect envers votre  auditoire, mais au contraire de vous redonner le courage et la force.

2. Savoir exactement ce que vous voulez dire

Pour vous sentir à l'aise dans votre discours, il faut savoir à l'avance ce que vous allez dire. Comme le disait Nicolas Boileau, « ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément ». C'est pourquoi, il est très important de préparer à l'avance votre discours. Si vous savez de quoi vous voulez parler vous allez être à l'aise pendant votre discours. 

3. Ayez confiance en vous 

Il n'existe pas d’orateur-né. Contrairement à ce que beaucoup de personnes pourraient vous laisser croire, parler devant un public n’est pas un exercice aussi difficile. Il suffit de développer une confiance en soi. Vous devez aller devant votre auditoire avec un mental de gagnant. Dites vous intérieurement que vous avez la force de pouvoir maitriser votre auditoire. En ayant un tel état d’esprit, aucun doute ne s’installera dans vos pensées. La confiance est à la base de toute chose. Si vous avez confiance que vous pourriez convaincre votre auditoire, vous allez pouvoir le faire sans difficulté. Soyez donc certain de votre succès. Chassez donc le doute dans votre esprit et remplacez-le par la confiance.

4. Entrainez-vous à prendre la parole en public

Comme un joueur de football ou de basketball, la meilleure façon de devenir performent sur le terrain, c’est de s’entrainer. C’est exactement le cas pour vous, si vous voulez bien parler en public. Entrainez-vous ! Seul parfois, dans votre chambre exercez vous. Imaginez-vous devant des milliers de personnes et commencez par parler seul. Travaillez votre voix en apprenant à bien articuler les mots. Travaillez également vos gestes. À chaque fois que vous avez des débats avec les amis, collègues, intervenez en donnant votre avis par rapport aux débats. C’est également une meilleure façon de s’entrainer à bien prendre la parole en public. Ayez donc bien à l’esprit qu’on ne peut pas apprendre à nager sans entrer dans l’eau. Ainsi, nul ne peut donc apprendre à bien parler en public sans prendre la parole en public. Faites régulièrement cet exercice. Répétez toutes les fois que ce sera nécessaire, car si vous ne le faites pas, personne ne le fera à votre place.

5. Captivez l’attention de votre auditoire

Une des simples techniques pour captiver l’attention de votre auditoire, c’est de commencer parfois votre discours avec une petite histoire drôle. Elle permet de détendre l’atmosphère. Mais pas n’importe quelle histoire,  choisissez une histoire qui peut toucher votre auditoire. L’expérience a montré que les hommes sont souvent attentifs quand une histoire les touche particulièrement. C’est pourquoi, votre premier contact avec votre auditoire est important. Aussi pour capter l’attention de votre auditoire, employez des mots concrets, usuels et imagés. Il est plus facile pour un auditoire de comprendre votre discours si vous employez des mots imagés. Par exemple vous voulez raconter qu’un chien vous a pourchassé la nuit dernière :    1. « La nuit dernière, j’ai été pourchassé par un chien » ;

  2. «  La nuit dernière, en allant cherchez un journal dans un kiosque non loin de chez moi, j’ai aperçu un gros chien noir, tacheté de blanc. Dès lors que nos regards se sont croisés, j’ai compris que le chien voulait m’attaquer, j’ai commencé par courir et le chien derrière moi… ». La première phrase est certes précise et concise. Mais elle est manquée d’image. Par contre, la seconde phrase donne vie à votre anecdote. Elle permet donc à votre auditoire d’imaginer la scène avec plus de précision. C’est alors de cette façon qu’il faut savoir capter l’attention de votre auditoire.

6- Regardez votre auditoire quand vous parlez

Les psychologues disent que 85% de nos connaissances sont dues à nos impressions visuelles. C’est d’ailleurs cela qui explique le grand succès de la télévision dans le monde. Le langage visuel est important si vous voulez bien parler et convaincre un auditoire. Pour bien parler devant un public, prenez le courage de regarder votre auditoire. Il est vrai que c’est parfois difficile de regarder un nombre important de personnes. Mais une technique simple consiste à ne pas fixer votre regard sur une seule personne. Si vous faites ainsi, vous  risquerez de regarder les gens droit dans leurs yeux et le moindre geste de leur part, pourra vous distraire. Pour éviter cela, changez la direction de votre regard de temps en temps. À la vérité, cette technique pourra laisser penser l’auditoire que vous les regardez tous, pourtant vous ne faites que des jeux de regard.

Vous avez eu dans cet article, les différentes méthodes à adopter pour bien parler en public. L’équipe Talim, reste à votre disposition pour d’amples éclaircissements. N’hésitez pas à nous contacter pour toutes vos questions.

C’est à vous de jouer maintenant !!!

TALIMEMENT  TALIM,

MERCI DE VOTRE CONFIANCE !!!

Le Curriculum Vitae (CV) est un document qui présente les grandes étapes de la vie professionnelle et personnelle. Il est composé de différentes parties : « Informations personnelles (contact) », « Compétences », « Expériences professionnelles », « Formations (Etudes) » et « Centres d’intérêts ».

Savoir bien rédiger son cv et l’apprêter pour un éventuel recrutement est un véritable atout pour tout demandeur d’emploi .Le Cv est le premier rapport qui s’établira entre votre recruteur et vous. À cet effet, il y va de votre intérêt de savoir ‘’capter’’ toute son attention et de le tenir ‘’accroche’’ à votre document.

Cet article vous présente les dix (10) points essentiels pour vous permettre de bien rédiger votre Cv.

  1. RESSORTIR LES INFORMATIONS PERSONNELLES

Dans cette section, doit ressortir l’ensemble de vos informations telles que:

  • Nom et prénom ;
  • Adresse ;
  • Téléphones (fixe et portable) ;
  • E-mail ;
  • Âge ;
  • Photo (facultatif).

Ces informations doivent se situer dans la partie supérieure de votre CV, elles introduisent votre CV. Il est évident que mentionner l’âge est beaucoup plus efficace, car cela évite au recruteur ou à la personne sélectionnant les  CV de calculer le nombre d’années qui se sont écoulées depuis le jour de votre naissance. Pour ce qui est de l’adresse, il n’existe pas de loi à ce sujet. Prenons le scénario suivant : imaginez que vous mentionnez seulement la ville et le département ou la province où vous habitez. L’entreprise qui veut vous embaucher parviendra-t-elle à vous retrouver ? C’est pourquoi, il vaut mieux indiquer votre adresse complète sur votre CV.

  1. METTRE EN VALEUR LES EXPERIENCES PROFESSIONNELLES

Dans cette section il n’est pas juste question de faire un étalage de l’ensemble de ses connaissances, mais de mettre en valeur ses principales expériences. Si vous possédez un grand nombre d’expériences professionnelles, pensez à privilégier les plus récentes et celles ayant le plus de liens avec le poste recherché. Pour chaque emploi/ stage occupé, n’oubliez pas de mentionner : le nom de l’entreprise, la durée pendant laquelle vous avez occupé ce poste, la dénomination du poste occupé, les missions réalisées et les résultats obtenus.

N’oubliez pas que les recruteurs reçoivent des centaines de CV. Ils ne prendront seulement que quelques minutes pour lire le vôtre. C’est pourquoi, il est important que l’information principale soit mise en valeur. Plus vous faciliterez la vie du recruteur, plus il vous en sera reconnaissant. 

  1. LES COMPETENCES PERSONNELLES

Inclure dans cette section toute information constituant la force de votre candidature et susceptible d’attirer l’attention du recruteur. Ecrire de courtes phrases de manières stratégiques, car elles vous serviront à vous démarquer des autres candidats (langues, logiciels maîtrisés, etc.). Il est important d’abord d’indiquer les compétences qui sont souhaitables pour votre employeur. Commencez par les compétences et connaissances liées au poste auquel vous aspirez.

  1. ETUDES ET FORMATIONS

      Dans cette partie du CV, vous devez préciser les différentes études et/ou formations que vous avez réalisées : écoles, collèges, Universités…, les diplômes et autres formations reçues. Il faut préciser l’année correspondant à chaque étape.

  1. PRECISER POUR CHAQUE POSTE LES TACHES ET MISSIONS REALISEES

Le recruteur pourra ainsi se faire une meilleure idée sur l’ensemble des compétences et connaissances que vous avez mises en pratique au cours des dernières expériences professionnelles. Décrivez les principales tâches réalisées, ainsi que les résultats obtenus. Soyez précis et concis, gardez les détails pour l’entretien.

  1. ETRE HONNETE

       Etoffer son CV de quelques mensonges est possible, mais très risqué car, tôt ou tard cela finirait par vous  rattraper. N’oubliez pas que tout ce que vous mentionnez dans votre CV pourrait faire l’objet de questions et d’enquêtes de la part du recruteur et vous faire tomber dans votre propre piège. Être honnête reste le meilleur conseil pour faire un CV.

  1. PRECISER LE NIVEAU DE SES COMPETENCES

L’indication de votre niveau en langue (Français, anglais…), informatique (Word, Excel, Photoshop…), etc. permettra au recruteur d’avoir une meilleure visibilité sur vos compétences. Ces éléments peuvent marquer la différence par rapport aux autres candidats.

    1. LE CV DOIT TENIR  SUR UNE PAGE

La règle générale est  qu’un CV doit être sur une seule page. Une dérogation est toutefois possible dans certains cas: nombreuses expériences professionnelles, secteur professionnel particulier, longue carrière, etc. Si vous possédez peu d’expériences professionnelles ou vous êtes étudiant, un CV d’une seule page est fortement conseillé.

Créer un CV sur une seule page permet d’éviter de noyer le recruteur sous un afflux d’informations. Cela vous obligera également à bien sélectionner l’information à inclure dans votre CV, c’est à dire celle qui saura mettre en valeur votre profil.

    1. LES CENTRES D’INTERETS

Cette section doit être située dans la partie inférieure du CV. Vous devez préciser vos loisirs, activités sportives et/ou associatives, vos voyages, etc. Cette partie a pour but de montrer votre implication dans des activités autres que celle du travail et de dévoiler ainsi vos passions et affinités.

    1. TRADUISEZ VOTRE CV

Il arrive que certaines entreprises demandent de leur transmettre un CV en anglais (ou traduit en d’autres langues). Avoir en sa possession un CV déjà traduit permet ainsi d’anticiper ces demandes et de démontrer son professionnalisme au recruteur. 

Bonne chance !!! Good Luck !!!

TALIMEMENT TALIM

La méthodologie de la dissertation juridique :

La dissertation juridique est un exercice destiné aux étudiants en droit et qui a pour objet de développer et d'argumenter une réflexion personnelle sur un sujet donné, dans le but de défendre un point de vue. C'est en d’autres termes une  démonstration argumentée nécessitant une véritable réflexion personnelle sur un sujet, dans le but de défendre son point de vue.

Une dissertation juridique répond au plan suivant : une introduction, un développement et une conclusion (facultative).

Attention : une dissertation juridique n'est pas une récitation du cours. Il n'est pas question ici d'étaler ses connaissances sur un cours donné. Mais plutôt d'organiser et d’ordonner ses idées de manière à convaincre. Cet exercice n'a pas pour but d’impressionner, mais de convaincre. 

Il faut également éviter le traitement partiel du sujet, car le plus important et que le sujet soit traité dans sa globalité.  Le hors sujet est une erreur à éviter également. Pour éviter cette erreur, il est impératif de comprendre avec exactitude ce qui vous ait demandé. À cette fin, il ne faut pas négliger la phase de brouillon qui va permettre de décortiquer le sujet dans ses moindres recoins. Ainsi, pour mieux faire un devoir de dissertation juridique, il faut commencer par un travail préparatoire, avant de commencer la construction de la dissertation proprement dite. 

I. Le travail préparatoire :

Le travail préparatoire de la dissertation juridique est primordial. Il faut donc nécessairement passer par les étapes suivantes :

  • La lecture attentive du sujet :

Cette lecture doit permettre d'identifier chacun des termes du sujet, les notions clés, mais également les petits mots (conjonctions, articles...). Il ne faut pas hésiter de prendre le temps de lire et de relire le sujet plusieurs fois. Il faut éviter de se précipiter sur un sujet, même s'il vous semble très facile.

  • Définir les termes du sujet :

La définition des termes du sujet consiste en une première analyse du sujet et permet de savoir quels sont les points importants, ainsi que les limites de ce dernier. Il convient donc de dégager tous les termes du sujet dans un premier temps de manière isolée et dans un second temps de les regrouper afin de créer entre eux des liens connexes.

  • Interrogation sur le sujet :

  Après la définition des termes que compose le sujet, il convient de s'interroger. L'interrogation consiste à se poser plusieurs questions telles que : de quoi parle le sujet ? Pourquoi est-il important de parler de ce sujet ? Pourquoi cette formulation ? Ces interrogations aboutissent à une première délimitation et facilitent la compréhension du sujet, afin de ne pas tomber dans le hors sujet.

  • Rassembler les éléments de connaissance qui se rapportent au  sujet en :
  • Consultant les manuels de droit, les passages du cours qui correspondent à l’énoncé du sujet ;
  • Recherchant les textes de loi, les décisions de justice qui se rapportent également au sujet. 
  • Recensant les questions que soulève le sujet, en menant une discussion critique. 
  • Le regroupement des idées : 

Il faut dans cette étape commencer par regrouper les idées qui vont de paire.  Le regroupement des idées permet de les classer en thème. Il permet donc de passer à l’étape de la construction de la dissertation.

II- La construction de la dissertation juridique :

Il s’agit de présenter les éléments rassemblés et les questions recensées grâce au travail préparatoire mené de manière organisée. Autrement dit, il s’agit de présenter les idées de manière logique, ordonnée, claire et cohérente. La dissertation juridique obéit à des règles académiques strictes. 

  • L’Introduction :

L’introduction, étant la première impression donnée au lecteur, il est recommandé de ne pas la négliger. Cette phase doit occuper une bonne partie du devoir (1/4). L’introduction d’une dissertation juridique est construite en forme d’entonnoir et comporte plusieurs étapes limitatives. Ces étapes sont :

  • La phrase d’accroche : il s’agit d’un court paragraphe (une à deux phrases) qui a pour but d’amener le sujet, en commençant par la généralité pour aboutir à la particularité. Cette partie doit être très brève, c’est pourquoi il faut éviter de partir de très loin pour amener le sujet ;
  • La définition des termes du sujet : il faut éclaircir le sens des concepts et notions que forme le sujet, afin d’éviter toute confusion ;
  • La délimitation du sujet : Il peut arriver que le sujet traité soit très vaste ou que l’on peut l’appréhender sous plusieurs angles. C’est pourquoi, il faut montrer les différents angles possibles et dire comment vous envisagez traiter le sujet. Par contre, si le sujet est précis, inutile de chercher encore à le délimiter, car toute délimitation représenterait une exclusion ;
  • La problématique : C’est l’objet de la recherche. C’est  la question à laquelle l’on doit apporter des éléments de réponse. Un sujet peut soulever plusieurs questions, mais la meilleure façon est de regrouper les questions secondaires autour d’une question fondamentale. La problématique peut être posée sous la forme interrogative. 
  • L’intérêt du sujet : l’intérêt d’une étude est le bien fondé, la motivation d’un choix et l’avantage qu’elle procure au droit positif et à la société. L’intérêt du sujet consiste à démontrer que le sujet est important tant, au point de vue théorique que pratique. Sur le plan théorique, l’intérêt peut se situer au niveau du débat doctrinaire, les apports scientifiques etc. ; sur le plan pratique, c’est la recherche de l’implication concrète du sujet sur la réalité quotidienne.
  • Annonce du plan : cette dernière étape doit être brève et fluide. C’est une phrase qui annonce les deux parties qui feront l’objet des développements. La phrase doit être simple : « Nous verrons dans une première partie (…), puis nous aborderons dans une seconde partie (…) ».
  • Le développement :

  C’est la partie qui vous permet de développer vos idées et d’argumenter votre point de vue pour convaincre votre lecteur. Le développement doit comporter deux parties : une première partie (I) comportant deux sous-parties (A et B) et une seconde partie (II) comportant également deux sous-parties (A et B). 

Voici l’exemple d’un plan idéal :

  1. (Intitulé de la première partie)

Annonce des sous-parties (A et B).

  1. (Intitulé de la première sous-partie)

Les développements des sous-parties peuvent se faire en plusieurs paragraphes. Mais assurez-vous toujours que dans chaque paragraphe, les éléments suivants ressortissent : 

  • L’idée : Il s’agit de faire apparaitre clairement l’idée qui permet de guider votre démonstration ; 
  • l’Argument : Il s’agit d’expliquer votre argument en faisant référence à vos connaissances. Les arguments ont pour but de convaincre votre lecteur, pour ce faire, il faut qu’ils soient logiques et convaincants ;
  • L’illustration : Vos propos doivent être illustrés par des exemples.  Ces exemples ont pour but de démontrer la pertinence de vos arguments.
  • La mise en perspective : C’est l’appréciation critique qu’on apporte sur le sujet. C’est en d’autres termes les hypothèses d’avenir ou encore votre avis personnel sur la question.

Une fois que vos développements soient terminés, il faut passer par des phrases de transition afin de démontrer que votre plan suit un raisonnement logique.

  1. (Intitulés de la deuxième sous-partie)

Les développements de votre deuxième sous-partie doivent également suivre la même logique que dans la première, c’est-à-dire :

  • L’idée ;
  • l’Argument ;
  • L’illustration ;
  • La mise en perspective.

À la fin des développements, une phrase de transition pour annoncer la seconde partie.

  1. (Intitulé de la seconde partie)

Annonce des sous-parties (A et B).

  1. (Intitulé de la première sous-partie)

Les développements doivent également suivre la même logique que dans la première partie.  

  • L’idée ;
  • l’Argument ;
  • L’illustration ;
  • La mise en perspective.
  1. (Intitulés de la deuxième sous-partie)

La même logique doit être suivie :

  • L’idée ;
  • l’Argument ;
  • L’illustration ;
  • La mise en perspective.
  • Conclusion (Facultative)

La conclusion n’est pas obligatoire dans une dissertation juridique, mais elle est pourtant nécessaire. Elle permet de rappeler les grands traits importants  qui ont fait l’objet des développements. Mais attention, il ne faut pas tomber dans l’erreur de la répétition.  Toute répétition sera inutile. La conclusion permet également de faire une ouverture sur un autre sujet. Ne pouvant détenir le monopole de la pensée, vous ne pouvez pas prétendre épuiser toutes les questions. C’est pourquoi, vous faites une ouverture de débat, pouvant faire l’objet d’une autre dissertation juridique.

À savoir :

  • Le plan de votre dissertation doit être équilibré :

Même si cela ne veut pas dire que vos deux parties (I et II) doivent avoir la même longueur, il faut néanmoins faire l’effort de rendre les parties à peu prés égales. Si votre première partie s’étire sur quatre (4) pages, il est inacceptable que la seconde partie soit sur une (1) page. Par contre, si la seconde partie est sur trois (3) pages, c’est acceptable.

  • Les intitulés doivent être brefs, explicites et complémentaires :

Evitez les intitulés qui dépassent une ligne. Vos titres doivent être brefs et ne doivent pas se contredire.

  • Votre dissertation ne doit pas comporter plus de deux (2) parties : 

C’est-à-dire première partie (I), deuxième partie (II) et troisième partie (III). Ce plan est à bannir.

Vous avez eu dans cet article, les conseils pratiques sur la méthodologie de la dissertation juridique. L’équipe Talim, reste à votre disposition pour d’amples éclaircissements. N’hésitez pas à nous contacter pour toutes vos questions.

C’est à vous de jouer maintenant !!!

TALIMEMENT  TALIM,

MERCI DE VOTRE CONFIANCE !!!

Développer la confiance en soi et se remonter le moral en cas de difficultés

La confiance en soi est un acte d’éveil accompagné d’une pratique quotidienne consistant à savoir qui vous êtes et qui vous n’êtes pas. Le contraire est une peur constante du jugement et du regard des autres. Il vous sera d’une grande utilité de posséder cette confiance car elle est le fidèle compagnon du succès.

Voici quelques astuces vous permettant de la travailler au quotidien chez vous.

La motivation

La motivation est devenue dans le discours éducatif une «  force » quasi magique. Elle permet à l’étudiant de comprendre et de réviser en dépassant les difficultés propres à ces démarches. La motivation renvoie à l’imaginaire du « bon étudiant ». C’est une affaire de « besoin » que de « volonté ». 

Il existe un petit test de motivation dont voici la teneur:posez-vous quelques questions-Réponses (j’aime beaucoup ; j’aime un peu, je n’aime pas du tout) à choix multiple  sur votre niveau de motivation à réviser. Entourez les réponses qui vous correspondent. A la fin vous comptabiliser pour voir le nombre des réponses et la tendance qui montrera si vous êtes motivés à réviser oui pou non. 

Pourquoi la confiance en soi est-t essentielle ?

Parce qu’elle permet de ne pas être stoppé par la peur, d’accepter et d’utiliser les critiques que l’on reçoit.

Si vous vous demandez :

  • « suis-je à la hauteur ? »
  • « vais-je arriver ?

Il faut de toute urgence travailler votre confiance en soi. Autrement, vous risquez de craquer à la première difficulté et  quand on révise il y en a forcément.

La confiance en soi peut se trouver parce que quelqu’un vous a dit un mot qui vous a interpellé et qui a provoqué un changement de comportement. 

  • Il faut couper les ponts avec tous ce qui vous dévalorise et se redonner du pouvoir et croire en sa capacité à faire face aux événements. Eventuellement, parlez avec quelqu’un en qui vous avez totalement confiance. C’est un travail à faire sur vous-mêmes ;
  • Ne jamais se lamenter. Se lamenter vous amène à vous replier sur vous et vous engloutis davantage ;
  • Croire en ses ressources et qualités ;
  • Rester positif. Parler de manière positive de votre vie et des projets que vous tentez d’accomplir. Il faut essayer d’évacuer les pensées négatives et s’entrainer à penser de façon positive et à s’encourager ;
  • Donner vous de petits objectifs. Etre capable de revoir une fiche en vingt minutes, puis en quatorze minutes  ou dix minutes seulement. A chaque succès, donnez-vous une récompense.
  • Choisir son entourage. Plus nous serez valorisés, plus vous gagnerez en confiance. Choisir des amis qui vous acceptent tel que vous êtes.

Créer son Enterprise en six étapes :

Créer son entreprise est un projet qui nécessite de la préparation et de la réflexion. Souvent, l’on pense que trouver la bonne idée suffit pour créer son entreprise. On peut avoir une idée ingénieuse de création d’entreprise. Mais dès lors qu’on n’arrive pas à bien la mettre en application, il sera très difficile de pouvoir réaliser son rêve. Ainsi, il faut se poser les bonnes questions et concevoir un plan solide. La création de votre entreprise va vous demander beaucoup du temps. Elle nécessitera sans doute un investissement personnel et financier non négligeable. Sans compter que vous allez devoir respecter certaines étapes préalables à la création de votre entreprise, afin de démarrer sereinement votre activité. Pour vous permettre de démarrer votre activité avec confiance, voici quelques étapes à respecter :

  1. Trouver l'idée qui correspond à votre projet :

La première étape consiste à trouver une idée nette pour votre projet. La création de toute entreprise commence absolument par une idée. La recherche d’une idée de création de votre entreprise peut commencer par une réflexion personnelle sur soi-même ou sur son entourage. L’on peut se poser des questions sur qu’on aime faire ? Quel est le besoin actuel dans son environnement social ? C’est en se posant une multitude de questions que l’on parvient à dénicher la meilleure idée pour la création de son entreprise. En effet, certaines entreprises connaissent l’échec parce que l’idée initiale était inadaptée au contexte. Il faut donc avoir la bonne idée, au bon endroit et au bon moment. Cependant, il n’est pas forcement nécessaire de trouver une nouvelle idée pour créer son entreprise. Vous pouvez créer votre entreprise sur une idée déjà existante. La reprise d’une idée est aussi parfois un bon moyen pour créer son entreprise. Supposons que vous avez déjà déniché votre idée et vous connaissez déjà dans quel secteur vous voulez investir. Il vous faudra passer à l’étape suivante.

  1. L’Etude de marché :

Une étude de marché et une analyse destinée à comprendre et mesurer les comportements, les appréciations, les besoins et les attentes de l'offre et de la demande. L’étude de marché permet d’utiliser une technique quantitative et qualitative pour collecter des informations. L'objectif d'une telle étude consiste à bien connaître votre marché afin de limiter les risques lors des prises des décisions. L’étude de marché consistera donc à vérifier la faisabilité commerciale de votre projet d'entreprenariat. Pour faire une bonne étude de marché, il faut se poser plusieurs questions telles que : à quel marché s’adresse mon activité ? Qui seront les acheteurs, les consommateurs ou les utilisateurs de mes  produits ou services ? En se posant des questions pareilles, vous parviendrez à vérifier la faisabilité de votre projet d'entreprise.

  1. Le financement :

Le financement de votre projet est une phase très primordiale pour le lancement de votre entreprise. Dans cette phase, vous allez vous interroger sur les moyens financiers qui vont vous permettre de lancer votre entreprise. Parce qu'à la vérité, vous ne pouvez pas lancer votre activité si vous n'avez pas un financement. C'est pourquoi, il est nécessaire après avoir fait l'étude de marché, de vous interroger sur la question du financement de votre activité. Ainsi, votre financement viendra-t-il d'un prêt bancaire, des aides ou des subventions ? Ou simplement ce sera un autofinancement ? De toute évidence, la recherche de financement va vous conduire sûrement à la rédaction d'un business plan.

  1. L’importance du business plan :

Le business plan est un document de présentation complet du projet d'une entreprise. Ce document inclut la présentation du projet, de l'activité, du marché, des acteurs etc. Le business plan est une feuille de route qui établie des prévisions sur 2, 3, 4 voire même 5 années. Le business plan n'a pas l'unique vocation de gagner un financement, mais il a aussi pour vocation de guider votre pas dans toute votre aventure entrepreneuriale. Sachez donc bien que le business plan est ce document nécessaire pour votre entreprise. Ce document fixe les objectifs à atteindre et prévoit les difficultés à venir et comment les surmonter. Il peut être organisé en une introduction, plusieurs chapitres et une conclusion. 

Votre business plan doit avoir les informations cohérentes et organisées sur votre entreprise : il consistera donc à décrire votre projet, les stratégies de communication, de marketing, les concurrents sur le terrain et le plan de financement. En tout état de cause, votre business plan doit vous accompagner durant tout votre projet, il suffit de le mettre à jours à chaque fois que les objectifs seront atteints ou changés.

  1. Choisir le statut juridique de l’entreprise :

Le choix du statut juridique de votre entreprise est déterminant pour la survie de celle-ci. Il existe une multitude de formes juridiques d'entreprises. C’est à vous des choisir la meilleure forme juridique qui va en connivence avec votre activité. Votre entreprise sera telle une Entreprise Individuelle (EI) ? Une Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée EURL ? Une Société en Nom Collectif (SNC) ? Une Société Anonyme (SA) ? Pour choisir la meilleure forme d'entreprise possible, il vous faut vous rapprocher des juristes spécialistes. Notez donc qu’il est très important de choisir un statut juridique qui répond à votre activité, car il y va de la survie de votre entreprise. 

  1. Commencer les démarches administratives :

Avant de vous lancer dans les formalités administratives de la création de votre entreprise, vérifiez si votre activité est réglementée ou non dans votre pays, région ou ville. Parce que certaines activités requièrent des compétences et parfois des démarches particulières pour les exercer. C’est ce qu’on appelle les activités réglementées. Ces activités concernent les secteurs telles que : la santé, l’immobilier, juridique… D’autres activités par contre, nécessitent simplement une autorisation. 

Aussi, faut-il ajouter que les formalités varient en fonction de la forme juridique de l’entreprise choisie. À ce niveau également, il faut se référer à la réglementation de son pays. Généralement, les petites entreprises telles que les EI ou les auto-entreprises nécessitent simplement un enregistrement au centre des formalités des entreprises (CFE). Par contre, la création des sociétés nécessitent d’abord la rédaction d’un statut et un enregistrement au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS). 

Vous avez eu dans cet article, les différentes étapes de la création d’une entreprise. L’équipe Talim, reste à votre disposition pour d’amples éclaircissements. N’hésitez pas à nous contacter pour toutes vos questions.

C’est à vous de jouer maintenant !!!

TALIMEMENT  TALIM,

MERCI DE VOTRE CONFIANCE !!!

HAUT
Translate »